POST

Libérée de l'ombre

24/08/2017

Au fond de la cours de récréations, près des arbres, sur un banc, elle fait de l’équilibrisme.  A 7 ans, déjà acrobate et gymnaste avant l’heure, ses cheveux frisés blond flottent au vent, elle joue seule.
Sa peau matte dénote des autres enfants au teint de lune, sa tignasse, malgré sa teinte blés dorés, rappelle ses origines. 
Cela fait bien longtemps qu’elle a décidé de faire bande à part. 
« Être seule c’est bien mieux que mal accompagnée,ne t’occupent pas d’elles, ne prête pas attention... », c’est ce que sa grand-mère lui dit à longueur de temps, en guise de réponses aux maltraitances psychologique quotidiennes.  
Elle est tellement concentrée sur la négociation de son équilibre qui se bat en duel avec la loi d’apesanteur qu’elle ne voit pas les autres gamines s’approcher d’elle sournoisement. 
Lorsque la  chef de bande s’adresse a elle, elle sursaute et Newton, une fois de plus, vérifie sa théorie. 
Les gamines autour d’elles ricanent, l’encerclent, entre leurs dents sort une chanson souvent fredonnée et rythmée: « lika gros caca, qui a pas de papa, même les oiseaux te font dessus, t’es toute sale, … et tu peux même pas te confesser, car t’es pas baptisée  … lika … » 
Les petites tournent autour d’elle en chantant à tue tête, aucunes institutrices n’intervient et elle fini par se replier en position de fœtus et mettre ses mains sur ses oreilles pour ne plus entendre, s’isoler de ce monde  qu’elle ne reconnaît pas. A chaque fois elle se demande sincèrement, pourquoi elle est venue là , « QUI » l’a expédiée dans ce coin de pays gris où il pleut tout le temps et pourquoi ? ...
La plus grande de la bande arrive derrière elle  pour la faire réagir : « Hey caca, t’es pauvre, t’as pas d’argent pour acheter du savon, et démêler tes crolles ? ! » Elle l’attrape par les cheveux : « hey attends je vais t’aider moi à les démêler !» 
C’est là que la rebelle qui sommeille en elle, la berbère du fin fond du désert, ce sang noble, indépendant, libre et survolté qui coule dans ses veines lui monte à la tête ! Tel un volcan en éruption, une énergie incontrôlable monte le long de sa colonne vertébrale, se libère dans sa tête, tout à coup, elle assiste à la scène mais ce n’est plus elle,  elle est spectatrice d’une action dont elle n’a plus le contrôle, elle fait volte face et hurle avec une telle puissance que les autres gamines reculent et qu’enfin, l’institutrice se décide à approcher pour voir ce qui se passe. 
Trop tard ! Son poing part dans le visage de l’autre fille, qui riposte, et çà y est, la cours de l’école se transforme en ring de boxe, la proie n’ayant pas dit son dernier mot, là ou ses ancêtres, la prêtresse, la guerrière, l’amazone, en elle renaîssent , tel le phœnix qui renaît de ses cendres , plus rien ne peut l’arrêter ! Même pas cette institutrice qui aurait dû intervenir bien plus tôt, sa colère se déchaîne, elle roue de coups tout ce qui s’approche à moins de 50 cm d’elle. La victime, devient un loup enragé, qui ne lâche plus ses tortionnaires, elle abat une à une ses camarades de classe, elle est à deux doigts de  mettre KO l’institutrice, quand la directrice arrive, d’un ton qui refroidirait un ours polaire elle somme tout le monde de s’arrêter. Tel un iceberg qui lui rentre dedans, l’énergie de ses ancêtres vient de l’abandonner et elle se retrouve droite comme un I et frigorifiée comme un esquimau avec cette impression d’être totalement seule au monde.
« Mais vous êtes folle ma pauvre fille ! Dans mon bureau, là de suite! » 
Une fois de plus, elle est la seule à être punie, bien sur… elle se tait, ne parle plus et se mure dans le silence total.  Des larmes de rages qu’elle ré-freine lui montent aux yeux. Une envie de se pendre, de se détruire lui tord le ventre. 
Mais donner satisfaction à ses « tortionnaires » ne changerait rien, ou au pire aggraverait encore plus sa situation.
Ne pas flancher, rester droite, se murer dans le silence et enfuir loin tous ces sentiments de haine d’incompréhension,  seule méthode de survie accessible à ses yeux d’enfant … 

34 ans plus tard, cette introspection profonde, lui révèle l’un des éléments déclencheurs de la maladie auto-immunitaire , invalidante, dont on vient de la diagnostiquer. 
Ce combat là, pourtant, lui semble tellement plus accessible que celui de ses 7 ans … 

 

 

Extrait du livre: "Libérée de l'ombre"

(Comment je me suis libérée de la maladie par le chemin de l'éveil.) 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

La magie c'est de croire en toi, si tu peux le faire, alors tu pourras tout faire.

Goethe